Chronique : comment s’y retrouver dans l’univers de Kwal

Publié: 17/02/2017 dans Uncategorized

kwal

Wouah, pff l’aut, eh, fastoche.
C’est un seul et même univers, qui s’exprime de différentes façons, en spectacles, albums et livres.

Il y a une trilogie de SPECTACLES au théâtre (Chroniques de là où j’habite, Chroniques des bouts du monde, Chroniques intérieures en préparation pour 2017).
Des spectacles contés, avec des morceaux de slam dedans. Les Chroniques intérieures sont en préparation pour 2017, une « psychanalyse » amusante et profonde en direct live.

Il y a les ALBUMS MUSICAUX, celui qui vient de sortir, avec l’Art de se dire dedans, c’est le 5ème. Au menu, beaucoup d’invités.
Il y en a eu déjà 4 en France, et plusieurs chansons en bambara et en arabe classique.

Jusqu’ici ça va ? Tout le monde suit ? Même ceux du fond ?
Ok, je poursuis.

Il y a aussi des LIVRES. Deux albums pour enfants déjà sortis, mais bientôt un livre, des « contes naïfs », et puis « les Chroniques des bouts du monde », comme celles postées sur Facebook, enrichies, illustrées, avec des inédites.

Et puis des collaborations avec d’autres artistes, des co-écritures avec Annabelle Sergent. Un conte musical écrit et interprété pour et avec l’Orchestre national des Pays de la Loire.

Et puis peut-être du TRAPEZE et du VELO SANS LES MAINS, on sait pas, tout ce qui représente un défi et une occasion de se réinventer me plaît.

Voilà. Ah oui, j’oubliais. Si tu prends le projet il y a quelques années, c’est quand même bien moins en colère maintenant. Non que la révolte ne soit plus là, mais son expression est beaucoup plus douce, et ça me va bien. Je ne te cache pas (même si on ne sait jamais de quoi demain est fait), qu’il y a peu de chances que ça reparte en death métal.
Que voulez-vous ? C’est l’âge, ma bonne dame, on s’assagit.

Kwal, rêveriste depuis 2002.

Publicités

Les commentaires sont fermés.